Toxicité

Les huiles essentielles sont-elles sans danger ? (2)

L’article précédent vous a présenté la toxicité du groupement biochimique des phénols. Cette semaine il sera question des coumarines et plus particulièrement deux de leurs sous-groupes :

  • Les furocoumarines
  • Les pyrocoumarines

Les coumarines, composant actif des huiles essentielles, est toujours retrouvées en petite quantité dans celles-ci. À date, je n’ai jamais vu ce groupement biochimique majoritaire dans les huiles essentielles.

Mais leur faible présence dans les huiles essentielles, n’amoindrit en rien leurs propriétés thérapeutiques de même que leur toxicité.

La toxicité des deux sous-groupes ci-haut, coumarines et furocoumarines, ont une toxicité pour la peau. Elles sont photosensibilisantes quand il y a exposition au soleil ou aux rayons UV.

Les parties découvertes de la peau et exposées au soleil ou aux rayons ultra-violets seront atteintes d’érythème (rougeur), semblable à un coup de soleil. Ces rougeurs peuvent se transformer en pigmentation particulières, soit des taches plus ou moins foncées à l’endroit de la réaction érythémateuse et  dans certains cas irréversibles.

Des compagnies cosmétiques furent poursuivies parce que leurs produits contenaient des coumarines dont les furocoumarines  et ou des pyrocoumarines. Les molécules aromatiques de ces deux sous-groupes sont :

  • Bergaptène
  • Bergaptole
  • Bergamottine

Ces molécules aromatiques sont retrouvées entre autre dans les essences de citrus. Ces essences sont obtenues en pressant le zeste de ces fruits. Les essences de citrus dégagent une bonne senteur et présentent également un effet apaisant. C’est pourquoi elles sont tant appréciées par les personnes stressées et insomniaques.

Pour éviter le désagrément de la photosensibilisation, il est recommandé de ne pas s’exposer au soleil ou aux rayons ultra-violets au moins 24 heures après une application cutanée ou une prise orale de ces essences sans quoi vous risquez d’être pigmenté.

Informez-vous à votre aromathérapeute, afin qu’il vérifie si l’huile essentielle ou l’essence que vous achetez  contiennent de furocoumarines ou des pyrocoumarines. Ainsi vous éviterez les désagréments de la photosensibilisation.

Si votre massothérapeute utilise des huiles essentielles pour effectuer un massage relaxant, il est important de lui demander quelles huiles essentielles il utilise, dans le doute, ne vous exposez pas au soleil pour au moins 24 heures après le massage.

Si l’utilisation des huiles essentielles vous intéresse, suivez donc le cours d’aromathérapie que je vous offre en ligne en vous inscrivant au groupe 1.

L’élargissement de vos connaissances sur les huiles essentielles, vous éviteront des désagréments et vous permettront de vous traiter en toute sécurité.

J’ai écrit 4 livres de recettes sur l’emploi des huiles essentielles pour différents problèmes de santé. Ces derniers resteront en vente jusqu’à la fin de ces articles.

Je commande les 4 livres d’aromathérapie.

About the author

Chantal Lacroix

Je suis thérapeute en médecines douces depuis 1980. C'est la santé de mon fils, qui m'a ouvert à nouveau cette voie. À 20ans je m'étais inscrite à la faculté de médecine à Montréal ou j'ai fait 2 ans. J'ai du abandonner par manque de moyens financiers. Mais 20 ans plus tard, tout ce que j'ai appris en médecine m'a servi de nouveau.

À ma pratique d'acupuncture, j'ai greffé avec les années l'aromathérapie, l'homéopathie, la biologie totale ou "médecine nouvelle du Dr Hamer" et cela toujours dans la quête de trouver une solution pour la santé de mon fils. Un mois avant que je débute le cours en Biologie totale, mon fils est décédé d'un choc anaphylactique (allergie monstre aux arachides).
Avec ce cours, j'ai compris que les conflits biologiques non réglés des générations antérieures, ont une répercussion sur les générations suivantes. De plus cette approche m'a permis de constater, comme disait les médecins chinois de la Chine Antique, que les émotions sont la première cause des maladies.