Croissance Personnelle Croyances

Le Respect !

« Il me manque de respect, il ne me respecte pas, il n’a pas de respect » et bien d’autres expressions du même genre sortent de la bouche des personnes qui me consultent. Mais quand je demande à ces personnes c’est quoi le respect pour elles, elles n’arrivent tout simplement pas à le définir. Je me suis aperçue que toutes les frustrations que ces personnes accumulent du « manque de respect » viennent des autres. D’après ces personnes elles respectent toujours les autres. Mais quand on n’arrive pas à définir c’est quoi le respect pour soi, je me demande comment on peut arriver à respecter les autres.

Pour ma part, je crois que le respect n’est pas une question de bienséance,  d’être toujours en accord avec les autres, se retirer quand les opinions diffèrent etc. Je vous avais demandé votre opinion et seulement Réjean m’a fait part de son point de vue et il me fait plaisir de le partager avec vous :

La racine latine du mot RESPECT est RECIPERE qui veut dire : regarder attentivement.
Être attentif, pour moi, c’est d’être conscient et dans cet état de conscience je regarde le monde avec respect
.

Recipere  est également la racine latine de recevoir. Mais avant d’accepter ce qui se présente à nous, je crois que l’on doit se poser quelques questions : à savoir ce qui peut nous convenir ou non, pour laisser entrer ce qui est bon pour nous et de rejeter ce qui ne convient pas.

La définition du mot respect dans le dictionnaire Larousse vient de la racine latine respectus  qui signifie égard. Le respect serait donc un sentiment qui porte à traiter quelqu’un ou  soi-même ou quelque chose avec de grands égards.

Le verbe transitif respecter  nous renvoie à deux sens :

  1. Traiter avec respect
  2. Ne pas porter atteinte à quelque chose

Le verbe respecter dans sa forme pronominale nous donne les deux sens suivants :

  1. Se comporter avec la décence qui convient
  2. Qui a une haute idée de sa fonction

J’avoue que ces définitions ne nous éclairent pas beaucoup si on veut exiger du respect des autres. Poursuivons notre recherche dans le Larousse avec le mot égard. Ce mot vient de l’ancien français esguarder qui signifie veiller sur..! Je crois que nous approchons du but.

La première personne sur qui vous devez veiller est vous-même. Le respect c’est comme la charité cela commence par soi-même. Si vous attendez après les autres pour avoir des égards, alors que vous n’avez pas défini ce qui vous convient, vous risquez d’être frustré toute votre vie. Veiller sur quelque chose définit un territoire et une ligne que les autres ne doivent pas dépasser. Si vous n’avez pas défini votre territoire, n’importe qui peut vous entrer dedans et vous recevez le tout en disant : il me manque de respect. La principale personne qui vous manque de respect c’est vous-même car vous n’avez pas su établir vos limites. Faire ses limites, c’est se délimiter un territoire et se faire une place. Avoir sa place c’est l’une des trois conditions pour être en santé. Avoir sa place c’est agir de manière à :

  • Assurer sa survie
  • Protéger son intégrité corporelle, psychique, émotionnelle, intellectuelle et spirituelle.
  • Se procurer sécurité et confort
  • Se développer sur tous les plans

Avoir un territoire à soi est d’une grande importance. Si cette notion n’est pas comblée, elle affectera l’équilibre de votre système immunitaire, votre durée de vie, votre système de reproduction, etc. Si on n’a pas de territoire à soi, on se replie doucement vers le syndrome du glissement c’est-à-dire vers la maladie et la mort.

Pour avoir un territoire ou conserver le territoire que l’on se fait, il faut avoir une énergie de combattant, un minimum d’agressivité qui signifie attaqué qui signifie initié, commencé.  Votre territoire détermine ce qui vous convient ou non. Vous cessez d’être l’entonnoir qui reçoit tout sans jamais faire le tri ou le faire après avoir été meurtri. Si quelqu’un viole votre territoire, vous pourrez lui signifier immédiatement qu’il a dépassé vos limites et qu’il doit se retirer hors de votre terrain. Ayez assez d’amour pour défendre votre territoire car votre premier territoire c’est votre Tout !

 

 

 

 

 

 

 

About the author

Chantal Lacroix

Je suis thérapeute en médecines douces depuis 1980. C'est la santé de mon fils, qui m'a ouvert à nouveau cette voie. À 20ans je m'étais inscrite à la faculté de médecine à Montréal ou j'ai fait 2 ans. J'ai du abandonner par manque de moyens financiers. Mais 20 ans plus tard, tout ce que j'ai appris en médecine m'a servi de nouveau.

À ma pratique d'acupuncture, j'ai greffé avec les années l'aromathérapie, l'homéopathie, la biologie totale ou "médecine nouvelle du Dr Hamer" et cela toujours dans la quête de trouver une solution pour la santé de mon fils. Un mois avant que je débute le cours en Biologie totale, mon fils est décédé d'un choc anaphylactique (allergie monstre aux arachides).
Avec ce cours, j'ai compris que les conflits biologiques non réglés des générations antérieures, ont une répercussion sur les générations suivantes. De plus cette approche m'a permis de constater, comme disait les médecins chinois de la Chine Antique, que les émotions sont la première cause des maladies.