formation Huiles Essentielles Propriétés thérapeutiques HE

La durée et la fréquence des traitements

Voici le dernier article sur le dosage des huiles essentielles. Il sera question de la durée des prises des huiles essentielles et de la fréquence journalière à laquelle va s’ajouter la fenêtre thérapeutique.

Médecines douces

Les huiles essentielles sont classées dans les médecines douces. Pour la majorité des personnes « douces » signifie sans danger. C’est un erreur de l’ignorance du sujet. Plusieurs familles biochimiques ont des toxicités dont il faut tenir compte et certaines familles sont plus graves que d’autres.

Les cétones

Les cétones font partie des familles biochimiques qu’il faut prendre très au sérieux. Il est important d’en connaître le pourcentage dans l’huile essentielle utilisée.

La toxicité des cétones est :

  • Abortive
  • Neurotoxique

Plus de 9 gouttes pures de cétones en une prise, peut conduire au coma et à la mort. Il faut également savoir que les doses sont cumulatives et que chaque personne a sa propre sensibilité aux cétones.

L’huile essentielle Mentha x piperita (Menthe poivrée) que beaucoup de personnes utilisent de manière abusive durant des semaines et des mois de temps, peut contenir jusqu’à 73% de la famille biochimique des cétones. Si vous achetez une huile essentielle, de grâce informez-vous de la toxicité des familles biochimiques de cette huile essentielle.

Durée

Les huiles essentielles sont généralement données sur une courte période. Si vous en donnez plus de 12 jours, il faudra pensez à mettre une fenêtre thérapeutique de 5 jours avant d’en reprendre. Même l’aromiel, qui contient très peu d’huiles essentielles (.45% pour 500 g), on en prend durant 5 jours suivit de 3 jours s’en en prendre. On recommence pour 5 jours, et 3 jours s’en en prendre. Ce sera ainsi jusqu’à la fin du pot.

Dans les cas de problèmes psychiques, les doses suggérées sont d’une goutte par semaine à une goutte par mois. Tout dépend de l’effet que l’on désire produire.

Les prescriptions

Les prescriptions sont toujours en fonction des problématiques que le thérapeute a trouvées en établissant une histoire de cas sérieuse.

Si votre savoir sur les huiles essentielles est peu étendu, s’il vous plaît évitez les auto prescriptions. Elles peuvent être la cause de désordres irréversibles surtout chez les enfants, car certains de leurs organes atteints leur maturité vers l’âge de 12-13 ans.

Finalement, on ne donne pas d’huiles essentielles chez un enfant de moins de 3 ans, à moins de l’avis d’un aromatologue consciencieux.

J’ose espérer que ces 5 articles sur les huiles essentielles vous ont mis en garde que l’on ne fait pas n’importe quoi avec les huiles essentielles même si elles sont classées dans les Médecines douces. Il est important d’avoir un minimum de connaissance !

About the author

Chantal Lacroix

Je suis thérapeute en médecines douces depuis 1980. C'est la santé de mon fils, qui m'a ouvert à nouveau cette voie. À 20ans je m'étais inscrite à la faculté de médecine à Montréal ou j'ai fait 2 ans. J'ai du abandonner par manque de moyens financiers. Mais 20 ans plus tard, tout ce que j'ai appris en médecine m'a servi de nouveau.

À ma pratique d'acupuncture, j'ai greffé avec les années l'aromathérapie, l'homéopathie, la biologie totale ou "médecine nouvelle du Dr Hamer" et cela toujours dans la quête de trouver une solution pour la santé de mon fils. Un mois avant que je débute le cours en Biologie totale, mon fils est décédé d'un choc anaphylactique (allergie monstre aux arachides).
Avec ce cours, j'ai compris que les conflits biologiques non réglés des générations antérieures, ont une répercussion sur les générations suivantes. De plus cette approche m'a permis de constater, comme disait les médecins chinois de la Chine Antique, que les émotions sont la première cause des maladies.